Les véhicules dans l’antiquité romaine.

Au fil du temps, et jusqu’à nos jours, les moyens de transport humains n’ont jamais cessé d’évoluer. En dehors de ses pieds, le premier moyen de se déplacer pour l’homme fut le cheval ; une de ses plus belles conquêtes. Après cela, le cheval et ses dérivés comme la mule, ont contribué à l’évolution des moyens de transport.

Si un homme peut tirer ou pousser un véhicule, sa force propre le limite rapidement, alors que les animaux offrent une puissance incomparable. L’idée de construire des véhicules ne s’est pas fait attendre, et l’invention de la roue a révolutionné ce domaine. Les découvertes les plus récentes semblent indiquer que la roue serait d’origine indo-européenne et inventée entre le troisième et le quatrième millénaire av. J.-C. D’abord pleine, elle se transforma en une roue à rayons avec un cerclage, ce qui la rendit beaucoup plus légère. Son usage sur les chars de combat a permis son expansion rapide sur tout le continent européen, et jusqu’en Asie et en Afrique.

Par la suite, et comme de nos jours, des véhicules ont été inventés pour correspondre à différentes utilisations et répondre à des besoins précis. Les plus emblématiques que l’on connaît sont ceux de l’époque romaine. Beaucoup sont des inventions gauloises, reprises et diffusées par les Romains.

La roue avec l’axe du marais de Ljubljana, Slovénie, est la plus ancienne véritable roue en bois datée à ce jour. Diamètre : 70 cm.
Source image Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Roue

Les véhicules avaient souvent un nom générique sous lequel dérivaient de nombreuses formes. Comme de nos jours lorsque nous employons les termes de « camion ou taxi », ceux-ci désignent plus la fonction que la forme du véhicule.

Dans l’antiquité, il y avait le plaustrum, qui était un véhicule de transport de marchandises, et qui avait de nombreuses déclinaisons. J’en ai reconstitué deux, celui qui transportait des jarres, des tonneaux et toutes sortes d’autres produits. Et celui utilisé par les paysans, dont la forme était plus adaptée pour transporter du bois ou du fourrage, par exemple.

Il y avait aussi les raeda et les carrura, véhicules de transport de personnes. Il y avait une grande variété de carrura, de celui à deux roues qui transporte deux voyageurs, à celui à quatre roues qui peut en transporter six ou huit sans problème, tout comme le raeda. Puis il y a le grand carpentum, véritable transport pour les longs parcours.

On trouvait également l’essedum, véritable taxi urbain pour un seul client, ainsi que le cissium pour deux passagers.

La liste d’images n’est pas exhaustive, c’est juste un aperçu, sans oublier la litière et la chaise à porteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.