Rome antique: auteurs modernes page 1

Biographie de l'auteur.
Paul Veyne Spécialiste de la Rome antique, professeur honoraire au Collège de France, Paul Veyne a publié au Seuil, en «Points Histoire», Le Pain et le Cirque (1995), Comment on écrit l'histoire (1996) et L'Empire gréco-romain (2012).

Arrière-petite-fille dAuguste, soeur de Caligula, nièce puis épouse de Claude, mère de Néron, Agrippine est assurément une des figures les plus emblématiques et les plus mal connues des coulisses du pouvoir dans la Rome impériale. Historien de renom, biographe de Marc Aurèle et de Tacite, Pierre Grimal est ici romancier pour nous faire revivre, de façon extraordinairement intime et vivante, l'itinéraire d'une femme sûre de son essence divine, et qui toute sa vie va lutter pour assurer le pouvoir suprême à un fils dont les astres lui ont prédit qu'il la tuerait. Combat passionné, parfois pathétique et parfois féroce, où elle emploie toutes ses armes...

Présentation de l'éditeur
Voici l'envers du décor, la face cachée de l'Antiquité gréco-romaine : tripots et lupanars, filles à matelots et petits voyous, médiocres arnaqueurs et assassins au petit pied, grands seigneurs débauchés qui titubent au matin après une nuit d'ivresse et que leurs serviteurs - presque des enfants encore - doivent ramener chez eux... Ici, pas de héros, mais un monde parfois stupéfiant où règnent les proxénètes, les courtisanes misérables et les enfants que l'on vend pour les plaisirs des grands
Biographie de l'auteur
Catherine Salles est maître de conférences en civilisation et littérature latines à l'université de Paris-X-Nanterre. Elle est l'auteur, dans la " Petite Bibliothèque Payot ", de Lire à Rome

Présentation de l'éditeur
La vie sexuelle à Rome. Les distinctions en fonction des préférences sexuelles que connaissent les sociétés modernes n'avaient pas cours à Rome : hétéro- et homosexualité s'effaçaient devant le statut social et la classe d'âge. Le véritable clivage s'opère entre ceux qui possèdent le pouvoir - les citoyens - et tous les autres - matrones respectables, coquettes libérées, prostituées ou esclaves des deux sexes -, qui leur sont soumis. À travers une galerie de portraits hauts en couleurs, notamment ceux des empereurs libidineux, Tibère, Caligula ou Néron, l'auteur analyse des comportements moraux et sexuels qui surprennent, troublent et dépaysent le lecteur contemporain. Cette histoire de l'intime est aussi une histoire des relations de pou-voir qui organisent l'ensemble de la société et de la culture romaines, un monde caché dévoilé ici avec force et minutie.

"J'ai formé le projet de te raconter ma vie." Sur son lit de mort, l'empereur romain Hadrien (117-138) adresse une lettre au jeune Marc Aurèle dans laquelle il commence par donner "audience à ses souvenirs". Très vite, le vagabondage d'esprit se structure, se met à suivre une chronologie, ainsi qu'une rigueur de pensée propre au grand personnage. Derrière l'esthète cultivé et fin stratège qu'était Hadrien, Marguerite Yourcenar aborde les thèmes qui lui sont chers : la mort, la dualité déroutante du corps et de l'esprit, le sacré, l'amour, l'art et le temps. À l'image de ce dernier, ce "grand sculpteur", elle taille, façonne, affine avec volupté chacun des traits intérieurs du grand homme à qui elle fait dire : "Je compte sur cet examen des faits pour me définir, me juger peut-être ou tout au moins pour me mieux connaître avant de mourir."

Ce sont les Mémoires d'Hadrien, troisième ouvrage publié par l'auteur, qui lui vaut une réputation mondiale. Cette future académicienne (élue en 1980) signe là un roman historique, mais également poétique et philosophique, à la manière de L'Oeuvre au Noir qui obtint en 1968 le prix Femina. --Laure Anciel

Biographie de l'auteur
Anne Quesemand : agrégée de l'Université en Lettres Classiques, elle est notamment l'auteur de 40 leçons pour découvrir le latin chez le même éditeur.

Cet ouvrage propose une sélection de textes très actuels en cette première décennie du IIIème millénaire :
Violence à l'école (un enfant de sept ans frappe un professeur) - Violence au stade - Insécurité - Embouteillages - Corruption des politiques - Rivalité pour le pouvoir - Destruction de la nature - Catastrophes naturelles - Moyen-Orient - Regret du bon vieux temps - etc.
Or ces textes ont été écrits par des auteurs latins (Plaute, Cicéron, Salluste, Tacite, Sénèque, Ovide, etc) il y a environ 2000 ans !

Sont ainsi remis à leur place aussi bien les enthousiasmes excessifs à propos du passage au IIIème Millénaire que les pessimismes exagérés des prophètes de la décadence, par un ouvrage qui montre que l'homme reste l'homme et que ses comportements n'ont pas changé, et propose un relativisme amusé qui n'exclut pas l'indignation ou la réprobation morale là où elles s'imposent.

" Se pourrait-il qu'on soit assez borné pour refuser de s'intéresser à la question de savoir comment l'État romain a pu étendre sa domination à presque toute la terre habitée, et cela en moins de cinquante-trois ans ? " Polybe. La lecture de Cicéron, Tite-Live, Ovide, Virgile ou Plutarque a longtemps nourri la réflexion et l'imaginaire des Européens. L'histoire de Rome a ainsi été une réserve inépuisable d'exemples contradictoires : idéal de civisme, modèle de République, mais aussi de régime autoritaire... Certains de ses acteurs restent les incarnations de la décadence ; sans parler des jeux du cirque, forcément cruels. S'appuyant sur les grands auteurs latins et grecs, Bernard Klein, professeur agrégé d'histoire à l'université et enseignant l'histoire ancienne, fait la lumière sur les légendes et les réalités de Rome, cette cité devenue la maîtresse du monde et la fondatrice de notre civilisation.

Présentation de l'éditeur
" Un péplum, votre roman? On y retrouve bien évidemment de la toge, du drapé chic, de la chaise curule, du chapiteau corinthien, des petits musclés du cirque mats également des latrines bien romaines où il me plaît de siphonner tous les vices et bien des vertus trop ostentatoires des faux culs de cette époque, qui peut, par certains côtés, renvoyer à la nôtre. Alors, un conte moral ? Plutôt amoral. En fait c'est une chronique sur Pétrone, l'ami du prince - Néron -, l'arbitre des élégances, et l'auteur de ce que nous appelons picaresque le Satiricon, premier grand roman picaresque de l'histoire de la littérature, peuplé de fiers "picaros" et de tendres canailles. Pétrone est un entrepreneur de démoralisation. De démolition également. Démolition du langage par l'argot glané dans les bouges de Marseille, au temps de sa jeunesse, car Pétrone fut marseillais avant d'être romain. Démolition des idées reçues : Pétrone fait table rase de toutes les conventions ; et, en épicurien, il s'amuse, à l'ombre des idées nihilistes. Au moment de s'éclipser sur la pointe des pieds, il ne vous laisse en partage que sa vérole, et de grands éclats de rire au crépuscule. " P.C.
Biographie de l'auteur
Pierre Combescot est journaliste et écrivain. Prix Médicis pour Les Funérailles de la Sardine (Grasset, 1986), prix Goncourt pour Les Filles du Calvaire (Grasset, 1991), il a reçu le prix Prince Pierre de Monaco pour l'ensemble de son œuvre, dont on rappellera notamment La Sainte Famille (Grasset, 1996), Le Songe de Pharaon (Grasset 1998), Les Petites Mazarines (Grasset, 1999), Lansquenet (Grasset, 2002). --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Si, selon Jacques Brel, Rosa, rosa, rosam scandent le refrain du Tango du collège, le De viris de Lhomond en est, depuis deux siècles, le bandonéon. Bréviaire d'héroïsme et d'histoire romaine, ce petit livre était ainsi fait qu'on y apprenait aussi bien la concordance des temps que celle des vertus chez les fils de la Louve. Tous ceux qui ont peiné, tous ceux qui ont rêvé sur ces pages illustres pourront, dans cette édition bilingue, vérifier s'ils ont perdu leur latin. Et peut-être le retrouver (tout en se remémorant des contresens de jeunesse), entre le texte et sa traduction. Mais tout lecteur s'avisera que ce best-seller pédagogique inusable est bel et bien au coeur de notre mémoire culturelle... Que serait Rome, sans ses grands hommes ? --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l'éditeur
L'histoire de la Rome antique, pleine de batailles, de courage et de trahisons, remplie de personnages hors du commun, a de quoi exciter l'imagination.
Une période historique qui touche de très près la légende.
Biographie de l'auteur

François Roca est né à Lyon en 1971. Il poursuit des études artistiques à Paris à l'Ecole Nationale des Arts Appliqués Olivier de Serres, section Image et Communication puis à Lyon, à l'Ecole Emile Cohl en illustration. Sorti en 1993, sa passion pour la peinture le pousse d'abord à exposer des portraits à l'huile. En 1996, il commence à réalisé des illustrations pour la jeunesse. Paraît cette même année, Le Reine des foumi a disparu, sur un texte de son ami Fred Bernard, aux éditions Albin Michel jeunesse (Prix Sorcières, le Prix Alphonse Daudet, le Prix Jérôme Main). Le succès rencontré les poussent à continuer dans cette voie, chez Albin Michel ou au Seuil. François Roca a illustré plus d'une vingtaine d'ouvrages. Il collabore également régulièrement au magazine Télérama. Il vit et travaille à Paris.